fbpx
Crise du Covid-19 : pour le SDI, le mécontentement et la désobéissance de la population obligent le Comité de Concertation à changer de stratégie !
14 avril 2021

Au nom de centaines de ses membres à bout de souffle et prêts à se révolter contre des mesures jugées injustes et inappropriées, la Fédération Patronale Interprofessionnelle SDI appelle avec force le Comité de Concertation à rester sur la voie du déconfinement.

A chaque jour qui passe, le SDI est interpellé par de plus en plus de membres qui expriment leur révolte et qui l’interrogent sur les risquent encourus en cas de désobéissance aux limitations d’activités et aux fermetures en vigueur.

Daniel Cauwel, Président du SDI et membre de la Chambre des Classes Moyennes du Conseil Economique et Social bruxellois : “Cela fait plusieurs mois que les activités économiques sont limitées ou interdites et que la survie de nos membres se complique. Face à la perspective de la faillite, ils sont de plus en plus tentés d’adopter un comportement infractionnel et nous avons toutes les peines du monde à les calmer. Personnellement, je les comprends : il s’agit pour eux d’une question de survie pure et simple !” 

Comme tout un chacun, le SDI constate aujourd’hui que le respect des règles est en chute libre et que les activités clandestines se multiplient, sans respect des précautions sanitaires et au détriment des professionnels qui jouent le jeu.

Daniel Cauwel : “Le mécontentement est tel qu’il pourrait se transformer en révolte à la moindre étincelle ! J’exhorte le Comité de Concertation à en tirer les conséquences : la pandémie doit être gérée autrement qu’en stigmatisant des secteurs économiques de manière aveugle. Quels que soient les métiers concernés, chacun connaît aujourd’hui les mesures sanitaires à adopter pour pouvoir exercer son activité sans danger : l’aménagement des lieux et le respect des gestes barrières et des procédures validées sont devenus familiers à tous. Dans ces conditions, il n’y a pas d’autre choix que de déconfiner, point à la ligne !”

En clair, pour le SDI, les métiers de contact et les magasins doivent pouvoir rouvrir comme prévu le lundi 26 avril. De même, la réouverture de l’horeca le 1er mai doit être confirmée.  Il s’agit de la seule manière de retrouver l’adhésion de la population et de nos acteurs économiques aux mesures de lutte contre la pandémie.

Les dernières actualités