fbpx
Cri d’alarme du SDI : “Ne sanctionnez pas les exploitants Horeca qui rouvriront le 1er mai !”
14 avril 2021

A l’issue du Comité de Concertation de ce mercredi, la Fédération Patronale Interprofessionnelle SDI lance un cri d’alarme. Le report d’ouverture du secteur Horeca reste en travers de la gorge des exploitants au sein desquels la révolte gronde ! La fédération demande aux autorités communales et policières de ne pas sanctionner les exploitants qui, dans un réflexe de légitime défense, décideront d’ouvrir le 1er mai en respectant les règles sanitaires.

A chaque jour qui passe, le SDI est interpellé par ses membres exploitants Horeca qui l’interrogent sur les risquent encourus en cas de réouverture à la date du 1er mai, date fixée initialement par le Comité de Concertation.

Daniel Cauwel, Président du SDI et membre de la Chambre des Classes Moyennes du Conseil Economique et Social bruxellois : “Cela fait 7 mois que l’Horeca est fermé. Aujourd’hui, la coupe est pleine. Nos membres sont de plus en plus tentés d’adopter un comportement infractionnel et nous avons toutes les peines du monde à les calmer. Personnellement, je les comprends : il s’agit pour eux d’une question de survie pure et simple !” 

La décision d’autoriser le secteur à rouvrir d’abord en extérieur est jugée risible par le secteur en raison des aléas de la météo (que faire s’il se met à pleuvoir ?), du manque de place (peu d’établissement possèdent de véritables terrasses) et de l’insuffisance des recettes par rapport aux charges pour une activité tournant au ralenti.

Daniel Cauwel : “Aujourd’hui, le mécontentement est tel qu’il risque de se transformer rapidement en révolte généralisée ! Comme nos membres, nous en avons assez de répéter dans le vide que la pandémie doit être gérée autrement qu’en stigmatisant aveuglément des secteurs économiques. Quand le Comité de Concertation comprendra-t-il que l’Horeca n’est pas plus dangereux que les autres secteurs et que les exploitants sont parfaitement à même de respecter toutes les mesures sanitaires nécessaires à la lutte contre la pandémie ?

Dans ces conditions, le SDI demande aux autorités communales et policières de faire preuve de compréhension et de ne pas sanctionner les exploitants qui, dans un réflexe de légitime défense, décideraient de rouvrir à la date du 1er mai tout en respectant les règles sanitaires.

Les dernières actualités